O F 3 6 0

Chargement

Comment surmonter le syndrome de l'imposteur au travail

Rédacteur : Team Asana
Article d’origine

Note de l’éditeur : Ce texte est une contribution d’Owen O’Kane. Owen est un psychothérapeute avec plus de 25 ans d’expérience dans le domaine de la santé physique et mentale et l’auteur à succès des livres Ten To Zen et Ten Times Happier.

Avez-vous déjà eu l’impression de ne pas mériter vos succès ? Avez-vous déjà eu peur que votre succès ne soit que le fruit de la chance ? Que vous ne devriez pas vraiment être à votre place et qu’un jour vos collègues découvriront que vous êtes un imposteur ?

Que nous le sachions ou non, beaucoup d’entre nous ont connu le syndrome de l’imposteur à un moment donné de leur carrière. Ce syndrome peut se manifester par des sentiments de doute de soi, d’autocritique ou de comparaison critique avec les autres, qui nous font nous sentir inadéquats et déplacés.

Le syndrome de l’imposteur peut être vécu différemment selon les personnes. Vous pouvez avoir l’impression d’être un imposteur, tandis que d’autres se diront qu’ils sont un imposteur. Cependant, si vous avez éprouvé des sentiments de ce genre, où malgré l’absence de preuves, vous doutez de vous, vous vous sentez critiqué et inadéquat, vous avez probablement souffert du syndrome de l’imposteur.

Mais tout le monde ressent-il le syndrome de l’imposteur, et si oui, pourquoi ? Peut-on le surmonter ? Devons-nous vivre avec ? Ou peut-on en tirer des leçons ?

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Sur qui le syndrome de l'imposteur a-t-il un impact ?

Bien que le syndrome de l’imposteur ne soit pas actuellement un diagnostic officiel, l’American Psychological Association note que “les psychologues et d’autres personnes reconnaissent qu’il s’agit d’une forme très réelle et spécifique de doute de soi sur le plan intellectuel.”

Suzanne Imes, PhD, et Pauline Rose Clance, PhD, ont identifié le syndrome de l’imposteur dans les années 1970. Imes et Clance ont constaté que les personnes très performantes étaient incapables d’intérioriser et d’accepter leur succès, l’attribuant souvent à la chance plutôt qu’à leurs capacités.

Si les travaux pionniers de Clance et Imes ont été essentiels à la compréhension du syndrome de l’imposteur, ils pensaient à l’origine qu’il ne touchait que les femmes. Nous savons maintenant que c’est loin d’être le cas.

Un nombre important de travailleurs, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, plus ou moins expérimentés, souffrent du syndrome de l’imposteur. En fait, l’Anatomy of Work Index 2021 d’Asana a révélé que plus des deux tiers (69 %) de tous les travailleurs intellectuels britanniques ont souffert du syndrome de l’imposteur au cours de l’année écoulée.

C’est un mythe que le syndrome de l’imposteur ne touche que certaines personnes, dans certaines circonstances. Il s’agit plutôt d’un mode de pensée et de comportement qui peut être ressenti par tout le monde, à tout moment.

La relation entre la réussite professionnelle et le syndrome de l'imposteur

Se sentir nerveux avant de commencer un nouveau rôle est parfaitement naturel. Le syndrome de l’imposteur, en revanche, est plus constant. Il ne disparaît pas après deux mois de travail, lorsque vous connaissez les ficelles du métier. C’est un sentiment qui persiste et alimente le doute. Ce n’est pas nécessairement quelque chose qui s’atténue avec la progression de la carrière ou la réussite. En fait, cela peut être le contraire.

Qu’il s’agisse de décrocher un contrat, d’obtenir une promotion ou de lancer une campagne de marketing, ce sont souvent les moments de réussite qui nous font vivre le plus intensément le syndrome de l’imposteur.

Cependant, si nous pouvons reconnaître ces sentiments de syndrome de l’imposteur chez nous, nous ne les reconnaissons pas forcément chez les autres. En effet, ceux qui souffrent du syndrome de l’imposteur savent très bien le dissimuler. À bien des égards, il s’agit d’une lutte cachée. Il peut être entretenu en interne par des cycles de doutes, de critiques, voire d’auto-sabotage, alors qu’à l’extérieur, personne ne le sait.

La reconnaissance du syndrome est essentielle, car nous ne pouvons le traiter que si nous le reconnaissons d’abord.

Techniques de gestion du syndrome de l'imposteur

Une fois que nous reconnaissons que le syndrome de l’imposteur est une expérience qui peut toucher chacun d’entre nous, nous pouvons interroger nos expériences et même commencer à les utiliser comme des ressources pour apprendre et grandir.

Le syndrome de l’imposteur peut souvent être exacerbé par le sentiment que le succès et la perfection sont associés. Cette association peut provenir de nombreux domaines : grandir dans une famille avec certaines attentes, des environnements de travail hypercritiques à l’égard des erreurs, ou l’apprentissage de ceux que nous admirons.

Pourtant, malgré cette association culturelle entre succès et perfection, elle est malsaine et souvent erronée dans les faits. En réalité, le succès repose tout autant sur le fait de bien faire les choses que sur celui d’apprendre de ses erreurs. Sans l’échec occasionnel, nous n’avons pas la possibilité de grandir.

Mon expérience en tant que psychothérapeute m’a appris que nous devons cesser d’encourager cette tendance à refouler les émotions et les expériences négatives. Au lieu de cela, tant sur le lieu de travail qu’en dehors, nous avons besoin de relations plus saines avec le succès, des relations qui rejettent le lien entre le succès et la perfection, et reconnaissent au contraire que l’échec peut nourrir la croissance.

Plutôt que de sombrer dans la peur ou d’enfouir les sentiments plus profondément, la prochaine fois que vous doutez de vous, essayez de l’affronter. Reconnaissez ce sentiment, puis combattez-le avec des preuves.

Le syndrome de l’imposteur est essentiellement un sentiment de ne pas être assez bon. Mais cela n’en fait pas pour autant un fait. La clé est d’être capable de le reconnaître comme un schéma inutile et d’apprendre à le gérer. Avec le temps, un sentiment “d’être assez bien” peut émerger. Cela doit venir de l’intérieur et ne pas être dicté par des succès ou des réalisations extérieures.

Ensuite, avancez avec courage en sachant que vous êtes là où vous êtes grâce à vous. Si vous faites une erreur, c’est naturel et cela vous permettra d’apprendre quelque chose de nouveau.

L'imposteur dans la pièce

Parler du syndrome de l’imposteur n’est pas facile. Si la majorité d’entre nous y est confrontée à un moment ou à un autre, nous ne nous sentons souvent pas prêts à en parler sur le lieu de travail.

L’instauration d’une culture qui prône l’honnêteté, la transparence et une attitude saine face à l’échec est essentielle pour mettre fin à l’épidémie de souffrance en silence que le syndrome de l’imposteur alimente. Tout comme la conversation plus large sur le bien-être au travail s’est ouverte ces dernières années, allons de l’avant avec une attitude plus saine envers le syndrome de l’imposteur.

Plutôt que de cacher nos peurs, affrontons-les. Plutôt que de fuir nos échecs, apprenons-en.

Si nous y parvenons, nous pourrons profiter ensemble du sentiment de réussite que nous avons toujours mérité.

Pour en savoir plus sur le syndrome de l’imposteur, consultez le webinaire d’Asana, avec Owen O’Kane, Elizabeth Day, auteur, journaliste et animatrice primée, et Matthew Syed, journaliste, animateur et auteur de Black Box Thinking.

Articles similaires