O F 3 6 0

Chargement

L'effet positif de la technologie numérique sur la planète

À l’approche d’un autre Jour de la Terre, examinons tout le bien que les technologies numériques ont fait pour la planète. Des sites Web et applications aux fonctionnalités uniques intégrées à chacun, les concepteurs et les développeurs ont un rôle important à jouer dans la durabilité.

Le 22 avril, nous célébrons le Jour de la Terre. Cette fête annuelle est marquée par divers événements qui attirent l’attention sur la santé de la planète (ainsi que sur nous-mêmes) et sur ce que nous pouvons faire en tant que société mondiale pour la nettoyer.

Réduire les déchets environnementaux. Réduire notre empreinte carbone. Réduire les émissions de CO2. Prévenir la déforestation. Investir dans des pratiques plus durables.

Plutôt que de répéter les mêmes conseils de vie écologique que vous obtiendrez partout ailleurs pour le Jour de la Terre, je veux passer aujourd’hui à regarder toutes les bonnes choses qui découlent de l’adoption des technologies numériques.

15 types de technologies numériques qui aident à nettoyer la planète

Des sites Web et applications que vous créez aux choix que vous faites pour chacun, vous serez peut-être surpris de voir à quel point votre travail a vraiment un impact positif sur la planète.

1. Sites Web et applications de commerce électronique

Une étude réalisée l’année dernière par Generation Investment Management a comparé les émissions de gaz à effet de serre entre les achats en ligne et les visites physiques. En moyenne, il a constaté que les achats en ligne sont 17% plus efficaces en carbone que les achats au détail.

Voici la ventilation qui montre comment cela se produit:

Comme vous pouvez le constater, ce sont les commerces de détail et le transport des clients, en particulier, qui font du magasinage physique l’option la moins écologique. Si vous les supprimez de l’équation, les rôles pourraient facilement être inversés.

Cependant, il existe un certain nombre de fonctionnalités qui aideront certainement à garder le commerce électronique vert.

2. Shopping omnicanal

Le rapport de Generation a examiné le large spectre des émissions du commerce électronique. Le graphique ci-dessous montre son scénario «paradis» et «enfer»:

Deux facteurs peuvent rendre les émissions du commerce électronique incroyablement élevées:

  • Entreposage
  • Livraison du dernier kilomètre

Comme vous pouvez l’imaginer, il s’agit probablement d’un scénario courant pour les petits magasins de commerce électronique indépendants qui n’ont pas la possibilité de stocker leur inventaire sur place ou à proximité de leurs clients. Malheureusement, il n’y a pas grand-chose à faire en ce qui concerne ce scénario.

3. Réalité augmentée et virtuelle

Une autre raison pour laquelle certaines personnes se méfient du caractère écologique du commerce électronique est l’augmentation du nombre de retours qui l’accompagne. Et qui dit augmentation des retours, dit doublement des coûts de transport et augmentation des déchets environnementaux dus aux emballages inutilisables.

Bien qu’il soit difficile de trouver des données récentes sur le nombre de retours effectués chaque année, Shopify a rassemblé des statistiques solides qui montrent les différences stupéfiantes entre le commerce électronique et le commerce de détail :

Il est logique que les achats en ligne aient un taux de retour aussi élevé. C’est le cas lorsque les réalités augmentées et virtuelles ne sont pas proposées lors de l’achat.

Ces technologies permettent aux acheteurs de prendre de meilleures décisions d’achat dans le confort de leur foyer, ce qui réduit le nombre de retours. Il s’agira donc d’une caractéristique essentielle pour les entreprises de commerce électronique qui souhaitent se mettre au vert à l’avenir.

4. Reçus numériques

Selon Green America, les reçus en papier sont vraiment mauvais pour la planète ainsi que pour ses habitants :

  • 93 % des reçus en papier sont recouverts de BPA ou de BPS (Bisphénol A ou S perturbant les hormones). Les employés du commerce de détail qui les manipulent régulièrement ont 30 % de plus de BPA ou de BPS dans leur corps que les consommateurs.
  • Aux États-Unis, il faut plus de 3 millions d’arbres et 9 milliards de gallons d’eau pour créer des reçus chaque année. Et la plupart des reçus en papier ne sont pas recyclables.
  • La production de reçus en papier émet également 4 milliards de livres de CO2 aux États-Unis (≃ 1,81 milliards de kilogrammes).
En incluant une option de reçu numérique dans les systèmes de points de vente au détail ou lors du passage en caisse de commerce électronique, vous pouvez réduire les déchets causés par les reçus papier ou les notices d’emballage. Cette démesure actuelle des reçus papiers est exprimée par des internautes qui se moquent de la longueur de certains reçus

5. Formulaires en ligne

Quelqu’un d’autre se souvient-il de l’époque où nous étions perdus sans un bloc-notes et un stylo sur notre bureau ? Je me souviens avoir rempli cahier après cahier, de notes prises lors d’appels avec des prospects ou lors de l’accueil de clients.

Heureusement, les formulaires en ligne nous évitent non seulement de devoir documenter nos conversations à la main, mais ils réduisent également tout le gaspillage de papier que nous créions auparavant.

Et ce n’est pas seulement pour des cas d’utilisation comme celui que j’ai mentionné ci-dessus. Pensez aux demandes d’emploi en ligne. Auparavant, vous deviez imprimer ou prendre une candidature papier et la remplir. Aujourd’hui, vous le faites en ligne.

Il en va de même pour les formulaires en ligne qui recueillent des informations avant les rendez-vous, comme lorsque vous consultez un nouveau médecin ou que vous réservez une journée au spa.

En intégrant des formulaires aux sites Web et aux applications, vous permettez non seulement aux entreprises de moins dépendre du papier, mais vous créez également des solutions plus pratiques pour leurs clients.

6. Facturation numérique

À l’instar des avantages des reçus numériques, les facturations numériques vous permettent de demander de l’argent et de recevoir des rappels de paiement par voie numérique.

Outre la réduction de la consommation de papier, la facturation numérique présente d’autres avantages, comme la réduction des coûts. Les entreprises peuvent également améliorer leur efficacité (ce qui signifie moins de temps de travail et de connexion) en utilisant des modèles et en automatisant la préparation et l’envoi des factures chaque mois.

7. Big Data

Le big data n’est pas seulement précieux pour les entreprises. Lorsque vous fournissez aux clients des données sur leur consommation, vous leur donnez les moyens de faire des choix plus sains.

L’un des moyens d’y parvenir est d’ajouter des paramètres de limite de temps aux applications sociales et de jeu. Évidemment, ce sera une bonne chose pour les utilisateurs. En outre, plus les gens seront attentifs au temps qu’ils passent en ligne, moins ils consommeront d’électricité et de wifi, ce qui sera bénéfique pour l’environnement.

Le contrôle de l’utilisation est un autre moyen pour le big data d’aider l’environnement.

Par exemple, certains fournisseurs de services publics ont un portail pour surveiller la consommation d’électricité et d’eau dans un foyer. Il en est de même pour suivre sa consommation de données :

Graphique consommation de données sur Android

En ayant accès à ce type de données, les consommateurs sont plus attentifs à ce qu’ils utilisent. Les tableaux de bord qui incluent des incitations supplémentaires (comme des réductions sur les factures pour une réduction de la consommation pendant les périodes de pointe) sont également utiles pour créer de meilleures habitudes.

8. Journaux et magazines en ligne

Vers la fin des années 2000, les journalistes parlait de la mort de l’imprimé. Ils avaient raison, aujourd’hui à part quelque résistants les journaux ont tous une version numérique. Cependant, compte tenu de la quantité de papier qui était jetée chaque jour, soit à cause de fautes d’impression, soit parce que les gens ne lisaient plus les journaux, cela reste positif.

Nombres de journaux vendu par jour (en milliers)

Au fur et à mesure que les journaux et les magazines adopteront une stratégie 100 % numérique et que les médias sociaux prendront le relais, nous verrons les chiffres de l’impression baisser encore plus. Cela contribuera à mettre un terme à la déforestation liée à l’impression de papier.

9. CRM et autre stockage de données numériques

Avant l’apparition des stockages numériques, de nombreux métiers nécessitaient des tonnes et des tonnes de papier. Par exemple, les cabinets comptables devaient réaliser des copies carbones de chaque morceau de papier qui leur appartenait. Cela prenait un espace monstrueux à stocker, ce qui revient à avoir des charges supplémentaires.

C’est en fait une question à laquelle il faut réfléchir lorsqu’il s’agit du stockage numérisé des données dans les CRM et autres applications d’entreprise. En effet, il ne s’agit pas seulement d’éliminer le cycle de déforestation et de gaspillage environnemental lié à l’impression de tant de papier. Lorsque vous vous débarrassez des documents imprimés, vous vous débarrassez du besoin de tant de stockage physique et d’espace. Les entreprises qui réduisent leurs activités peuvent en fait réduire leur empreinte carbone individuelle de cette manière.

10. IA et Automatisation

L’Institut international du développement durable prévient que les technologies d’automatisation pourraient être une arme à double tranchant en matière d’environnement.

Il est évident que l’augmentation de l’utilisation de l’électricité dans le cadre de l’automatisation peut augmenter le risque d’émission de gaz à effet de serre. Pour en tirer profit, il faudrait donc que le reste de nos technologies et de nos pratiques deviennent elles aussi plus écologiques (c’est d’ailleurs tout l’objet de cet article).

Mais supposons le meilleur des cas. Pensez à ce que les IA (Intelligence Artificielle) et l’IDO (Internet Des Objets) font pour les entreprises et les consommateurs à l’heure actuelle.

Par exemple, ils améliorent l’efficacité, ce qui signifie moins de gaspillage. Ils aident également les gens à faire des choix plus éclairés, ce qui réduit les mauvaises pratiques et les erreurs. Si nous construisons des produits plus intelligents et plus solides, l’automatisation pourrait vraiment changer la donne pour l’environnement.

11. Applications de communication numérique

De nombreuses études parues en 2020 étudient la relation entre les confinements pandémiques et l’environnement.

Voici ce que révèle une étude de Shefali Arora, Kanchan Deoli Bhaukhandi et Pankaj Kumar Mishra sur l’évolution des polluants avant et après le confinement :

Grâce à l’adoption généralisée de technologies de communication numérique telles que Zoom et Slack, tout le monde peut interrompre ses déplacements professionnels sans que cela n’ait de répercussions sur l’efficacité ou l’efficience.

Il fut un temps où il était impensable de réaliser des entretiens, de rencontrer des clients, d’assister à des réunions d’entreprise ou de participer à des conférences professionnelles en ligne.

Mais comme nous l’avons tous constaté pendant la pandémie, ce n’est plus le cas. Tout peut vraiment se faire en ligne. Il suffit de regarder l’action de Zoom en 2020. Elle a atteint un pic de croissance de 817 %, puis s’est contentée d’une croissance encore incroyablement impressionnante de 425 % à la fin de l’année.

12. Fonctions de collaboration

Pensez au temps qu’il vous faudrait pour résoudre un problème avec un collègue ou pour obtenir l’approbation d’un client si la collaboration n’était pas intégrée à votre logiciel de gestion. Je suis sûr que vous avez déjà été dans cette situation et que ce n’est jamais bon.

Vous envoyez des e-mails. Vous envoyez un message. Vous appelez. Vous attendez. Et c’est alors que la partie de téléphone commence. Plus vous passez de temps à essayer d’être sur la même longueur d’onde, plus vous consommez d’énergie.

Heureusement, la collaboration est désormais intégrée à de nombreuses applications professionnelles. En supprimant les obstacles à la collaboration, les entreprises peuvent cesser de gaspiller autant de temps et d’énergie.

En prime, les produits de collaboration numérique permettent aux entreprises de travailler avec les meilleurs du monde entier. Il n’est plus nécessaire de louer des bureaux, d’embaucher des talents locaux et de contribuer à l’augmentation des émissions. Tout le monde travaille depuis chez soi et collabore de manière aussi fluide qu’en personne.

13. Référencement local

Selon Sustainable Connections, les consommateurs qui vivent dans des zones où il y a beaucoup de commerces locaux parcourent 26 miles (≃ 41,8 Km) de moins que ceux qui n’en ont pas.

Ce n’est pas seulement la pollution automobile des consommateurs qui est réduite. Acheter auprès d’entreprises locales peut également réduire le kilométrage nécessaire pour acheminer les produits des entrepôts situés à l’autre bout du pays ou du monde jusqu’aux consommateurs.

En outre, l’achat local contribue à réduire la perte d’habitat. Plus précisément, cela aide les agriculteurs à rester en activité et empêche les promoteurs de s’approprier des terres et de les transformer en centres commerciaux accaparant les ressources.

Et c’est pourquoi je soutiens que le référencement local est un outil si précieux dans la lutte pour la protection de l’environnement. Alors que les gens peuvent certainement sortir et explorer leurs communautés locales par eux-mêmes, ils vont apprendre beaucoup plus d’offres locales avec l’aide des résultats des moteurs de recherche.

14. Applications de l'économie du partage

Un article publié par Zhifu Mi et D’Maris Coffman dans Nature détaille les avantages environnementaux de l’économie du partage. Ce n’est pas une évidence, bien sûr, mais si ces entreprises et leurs utilisateurs adhèrent aux bonnes pratiques, cela pourrait être vraiment bon pour la planète.

Prenez les applications de covoiturage, par exemple. En réduisant le nombre de véhicules sur la route, ces applications contribuent à réduire la pollution et les émissions.

Et que dire des applications de partage de vélos ou de scooters ? En permettant aux gens de trouver et d’utiliser plus facilement des vélos ou des scooters lorsqu’ils en ont besoin, ces applications permettent de retirer encore plus de voitures de la circulation.

Même un service comme Airbnb peut être écologique. En logeant chez quelqu’un, les promoteurs n’ont plus besoin de construire d’autres hôtels, ce qui nous permet de préserver davantage de terres et d’habitats, pour un certain temps encore.

15. Applications et sites web conçus de manière éthique

Et enfin, mais non des moindres, nous avons des sites web et des applications conçus de manière éthique. Pourquoi les inclure dans la liste ? Après tout, les choix de conception éthique sont censés aider les utilisateurs, non ?

Si vous y réfléchissez, de nombreux effets secondaires de la conception éthique sont également bénéfiques pour l’environnement.

Les limites de temps et les rappels sont, bien sûr, l’un des moyens par lesquels la conception éthique peut rendre une application plus écologique. La création de designs moins addictifs dans leur ensemble est également utile à cet égard.

Des sites web plus petits et plus rapides à charger, construits sur un hébergement écologique, sont également très importants pour réduire l’empreinte carbone d’une entreprise. Selon le Web Neutral Project :

"Un site de taille moyenne émettra 4 700 livres de CO2e en un an. Selon l'EPA, cela équivaut à la consommation de 240 gallons d'essence."

Récapitulatif

Les technologies numériques ont certainement eu un impact considérable sur la façon dont nous vivons nos vies et gérons nos entreprises. Mais il s’avère que les technologies numériques, et plus particulièrement les technologies que vous contribuez à créer, sont également très bénéfiques pour la santé de la planète.

Articles similaires